Projets structurants

 

Conscient des enjeux de développement liés au secteur d’assainissement liquide, le conseil communal de la ville de Safi a délibéré à l’unanimité, en faveur du transfert à la RADEES la gestion du réseau d’assainissement liquide de la ville. La prise en charge de cette activité en 2005 a été précédée par l’élaboration du Schéma Directeur d’Assainissement Liquide (1997-2001).

Les études du SDAL ont dégagé une tranche urgente pour un montant de 247.3 millions de DH, visant l’amélioration des conditions sanitaires de la ville.

Le programme d’investissement après son actualisation, tenant compte de l’extension du périmètre urbain d’une part et des changements quant au système traitement-rejet d’autre part, a été évalué à 747 000 000DH.

les principaux objectives du projet

 

Mise en place des moyens humain et matériel pour le service d’assainissement liquid;

 

Remédier aux insuffisances et aux déficiences locales de fonctionnement de l’infrastructure de collecte des eaux usées et drainage des eaux pluviales

 

Protéger le milieu récepteur par interception, et l’épuration des eaux usées

 

Valorisation des ressources en eau par la réutilisation des eaux épurées.

situation des réalisations

 

La première tranchedu programme est achevée à 100% . Cette tranchea permis à la régie d’éliminer les points noirs du réseau, de doter le service d’assainissement des moyens nécessaires optimisant l’intervention des équipes, de réaliser  13,5 km d’intercepteurs et de collecteurs primaires (dont 5km en galerie) permettant d’améliorer significativement l’état des infrastructures d’assainissement liquide de la ville avec réalisation d’une station de pompage permettant de refouler un débit de 1400m3/h. 

En ce qui concerne la deuxième tranche du programme, les travaux réalisés consistent principalement en :

  • L’interception des rejets existants des eaux usées le long du littoral par la réalisation de  5km d’intercepteurs dont 2km en galerie ;

  • La réalisation de 7 Km d'intercepteurs dégagés par les études sectorielles établies, notamment dans la zone Chaaba et la zone EST de la ville. Ces réalisations ont permis d’ouvrir d’importantes zones à l’urbanisation et l’implantation de grandes opérations immobilières. Aussi, elles ont permis de résoudre les problèmes de sous-équipement de plusieurs quartiers péri-urbains.